• avril

    23

    2016
  • 103
L’histoire derrière la HMS Bounty

L’histoire derrière la HMS Bounty

La Bounty (HMAV Bounty, His Majesty’s Armed Vessel Bounty), ou encore HMS Bounty, (His Majesty’s Ship Bounty), était une unité de la Royal Navy britannique. Cette frégate est entrée dans l’histoire en raison de la mutinerie d’une partie de son équipage le 28 avril 1789.

Le féminin (la Bounty) a semble-t-il été généralement utilisé en français, soit parce que Bounty signifie « Bonté »,soit par simple respect de l’utilisation systématique du féminin en anglais pour les noms de navires. Jules Verne entre autres a utilisé le féminin pour intituler son roman de 1879.

hms_bounty3

Le 16 août William Bligh est nommé commandant de la Bounty qui sorti des chantiers de Deptford le 3 septembre 1787. Cette frégate a vu ses 3 mâts raccourcis et son lest allégé sur les ordres de Bligh afin de pouvoir affronter le cap Horn. Les mensurations de la Bounty sont les suivantes : longueur = 26 m, maître bau = 7,60 m, tirant d’eau = 3,50 m, déplacement = 215 tonnes. La Bounty est donc une petite frégate : en comparaison le navire du capitaine Cook L’Endeavour déplaçait 370 tonnes…

La Bounty est aménagée spécialement pour mener à bien sa mission : les cabines arrières sont remplacées par un faux pont destiné à héberger les plants d’arbre à pain. Le plancher est doublé de plomb afin de permettre l’arrosage des plants sans inonder le bâtiment… et équipé de tuyaux permettant de récupérer l’eau d’arrosage, pour la recycler.

Le 16 août 1787, le lieutenant de vaisseau William Bligh prend le commandement de la Bounty. Le navire appareille le 23 décembre 1787. Le début de la traversée est marqué par une tempête qui oblige le navire à relâcher à Ténérife pour réparer et ravitailler. À cette occasion éclate le premier conflit entre le capitaine Bligh et son équipage : suite à la disparition de fromages, Bligh en supprime la ration quotidienne. L’équipage grogne car il suspecte Bligh d’avoir détourné ces fromages à son profit.



Au cours de la traversée de l’Atlantique Sud, les mesures d’hygiène prises par Bligh permettent de ne déplorer aucun malade. Il fait ainsi procéder à la fumigation et à l’aération des entreponts, ainsi qu’au séchage des affaires personnelles.
Afin d’économiser la nourriture, Bligh décide de remplacer les deux livres quotidiennes de pain par une livre de citrouilles achetées à Ténérife.
La répugnance de l’équipage vis-à-vis des citrouilles avariées provoque un nouvel accès de colère de Bligh.

En avril, la Bounty se présente au cap Horn. Pendant un mois entier, au milieu de la tempête, la Bounty essaie de passer le Horn. Les pompes sont mises en action toutes les heures.
Au bout de trente jours de combat, Bligh renonce et décide de rallier Tahiti en passant par le cap de Bonne-Espérance.

Le 23 mai 1788, la Bounty passe le cap de Bonne-Espérance où elle relâche durant un mois pour procéder à des réparations, permettre à l’équipage de prendre un peu de repos et compléter le ravitaillement.
Le 20 août la Bounty aborde les côtes de Tasmanie, à la pointe sud-est de l’Australie, pour se réapprovisionner.

Le 26 octobre 1788, après dix mois de traversée, la Bounty touche la pointe Vénus au nord de Tahiti après 27.000 mille marins (50.000 km).
L’accueil des Tahitiens, qui se souviennent des passages de Cook et de celui du capitaine Bligh, est chaleureux, mais rapidement les vols continuels des Tahitiens, des « chapardeurs nés » d’après James Cook, qui échangent en fait sans demander, considérant les biens matériels comme futiles…, obligent l’équipage, méfiant, à surveiller le navire au mouillage.
Néanmoins la douceur des insulaires, leur grande libéralité de mœurs, la facilité du troc et la beauté de l’île contrastent fortement avec la rudesse des épreuves que l’équipage venait de traverser et le caractère inflexible et coléreux du capitaine Bligh.
Bligh obtient de Tinah, le chef des Tahitiens, l’échange de plants d’arbres à pain contre des hachettes, limes, vrilles, scies et miroirs.

La traversée ayant été plus longue que prévue, la Bounty arrive à la mauvaise saison et Bligh est contraint de prolonger son séjour sur l’île : la récolte des arbres à pain va durer six mois.
Ils seront conservés dans des pots, certains dans des paniers spéciaux… et placés dans l’entrepont de la Bounty, spécialement aménagé pour le transport.

Quelque temps plus tard, la décision de Bligh de s’approprier tous les porcs que l’équipage a ramenés à bord provoque de nouveaux incidents.
Les rapports entre Bligh et son équipage se dégradent un peu plus.

hsm_bounty5

En janvier 1789, le capitaine d’armes et deux matelots désertent dans le canot du bord en emportant des armes, des munitions et des provisions. Pourchassés, ils se rendent le 22 janvier.
Malgré leur repentir, le capitaine Bligh les condamne à 24 coups de fouetpour le capitaine d’armes et 48 coups pour les matelots.
Cette punition est très mal acceptée par l’équipage.

Les officiers subissent également les réprimandes de Bligh. L’accès de colère suivant de Bligh est déclenché lorsque l’on découvre que des voiles ont moisi dans la soute (inondée par les pluies car elle n’était pas étanche). Bligh accuse l’équipage de négligence vis-à-vis de l’entretien des voiles. Les hommes sont démoralisés par toutes ces injustices.
La Bounty quitte Tahiti le 5 avril 1789.

Le 28 avril, Fletcher Christian déclenche la fameuse mutinerie. Onze des 42 membres d’équipage suivent la mutinerie et 31 restent fidèles au capitaine Bligh qui embarque à bord d’un canot avec 18 hommes, les autres doivent rester à bord pour aider à la manœuvre.
Le capitaine Bligh réussit l’exploit d’emmener le canot de 7 mètres surpeuplé jusqu’à Timor, soit un voyage de 3.600 milles marins (6.700 km) en 41 jours.
Les mutins se dirigent vers l’île de Tubuai où ils essaient de s’installer.
Trois mois après, ils retournent à Tahiti pour y déposer 16 membres d’équipage, dont l’officier Peter Heywood.

Fletcher Christian, huit hommes d’équipage, six Tahitiens et onze femmes, dont une avec un bébé, s’embarquent à bord de la Bounty en espérant échapper à la Royal Navy.
Ils débarquent sur l’île Pitcairn, choisie car elle est mal répertoriée sur les cartes maritimes de l’époque, et brûlent le navire le 23 janvier 1790 (Cette date est célébrée chaque année dans l’île Pitcairn).
Les mutins de Pitcairn finissent par massacrer les Tahitiens mâles puis, l’un d’eux ayant fabriqué un alambic de fortune, ils se mettent à l’alcool et commencent à s’entretuer.
Le sort des mutins, recherchés par la Royal Navy, reste inconnu jusqu’à ce qu’un baleinier, le Topaz, s’arrête sur l’île pour prendre de l’eau en septembre 1808.
Un seul mutin, John Adams, est encore en vie, avec dix femmes et leurs enfants.

Les mutins restés à Tahiti offrent quant à eux leurs services de mercenaires et fournissent des armes au clan du chef Tu, participant ainsi à la création de la dynastie Pomare.
Ils sont capturés en 1791 par un vaisseau britannique venu les chercher : le Pandore.
Enfermés et enchaînés, certains périssent dans le naufrage du vaisseau après son départ pour la Grande-Bretagne.
Les survivants du naufrage doivent encore survivre au retour qui se fait dans des conditions déplorables.

Le procès en Grande-Bretagne est retentissant. Bligh, rentré le premier, a déjà publié sa version des faits. Bien que sa sévérité soit connue dans la Navy et jugée tyrannique, l’opinion publique lui était largement favorable. Les témoignages s’accumulent, plus ou moins confus en ce qui concerne le rôle précis de chacun lors de la mutinerie.
Certains n’échappent à la potence que grâce à la clémence du roi.

Voici quelques images de maquette de ce navire.

hms_boutny6
hms_boutny7
hms_boutny8
hms_boutny9
hms_boutny10
Merci à tous de votre visite.

© Copyright 2016 ModèlesDeBateaux.tn